Archive pour août, 2010

Algérie: Quand la gendarmerie nationale impose sa loi

boustilla.jpgAbbes Said pour « Algérie Politique »

La brigade de gendarmerie de Zemmouri (Boumerdes) a une bien curieuse façon d’appliquer les lois de la République. Pour protéger la quiétude de ses gendarmes, celle-ci n’a pas trouvé que de fermer un chemin de wilaya emprunté par toute la population de cette localité. Les habitants de cette petite bourgade côtière de Zemmouri se sont réveillés le premier jour du ramadhan par la fermeture de la bretelle du chemin de wilaya n° 220 qui mène à la plage et la forêt du Sahel.

Pourtant ce chemin ancestral existait depuis des années et même durant le terrorisme, il n’a jamais été fermé. L’argument avancé par la gendarmerie est le chantier en construction d’une école de la gendarmerie surplombant la forêt et la plage du Sahel. Cette décision irréfléchie sanctionne au bout toute une population dont les fellahs, les pêcheurs et les résidents des bungalows.  

Aux responsables d’Echourouk: « Vous recevez bien chez vous Kartali et Madani Mezrag !»

chourouk.jpgAbbes Said pour « Algérie Politique » 

Pour avoir prononcé que le sinistre repenti Kartali «était le bienvenu chez Echourouk et pas lui», un ancien policier affecté à la brigade antiterroriste, -il a démissionné de la police en 1995 après avoir reçu deux balles des terroristes- et père de deux enfants qui vit dans un total dénouement a été conduit illico presto au poste de commissariat de Kouba ou deux agents AOP ont failli lui «fabriquer un PV» qui l’aurait sûrement mis en prison.

Avant-hier, le dénommé Nacerdine Djâaboub, s’est présenté au siége du journal arabophone Echourouk pour y rencontrer son DG, Ali Fodhil dans l’espoir de l’aider financièrement vu que le journal n’arrête pas de demander aux musulmans du monde entier de s’entraider en cette période de jeûne. Le réceptionniste du journal n’était pas du même avis et lui a expressément interdit de rencontrer le chef ou de revenir ensuite.

Pris de rage, il lança cette phrase: «des gens comme Karatli ou Madani Mezrag vous les recevez et vous leur offrez même des burnous et moi qui suis venu demander un peu d’aide vous me méprisez ! ». Le réceptionniste fit alors appeler la force publique pour emmener au commissariat de Kouba le valeureux citoyen qui a failli être emprisonné par ses anciens collègues. Heureusement que tout finit bien puisque l’officier de service connaissait la personne qui combattait avec lui au temps du terrorisme sanglant le remit en liberté.

Une dizaine d’arrestations de familles de disparus à Alger

disparus11300x224.jpgCe 30 août 2010, à l’occasion de la journée internationale des disparus, les familles de disparus en Algérie, à l’image de celles de tous les continents, sont sorties dans la rue. La répression  vécue à Alger ces dernières semaines ne les a pas dissuadées d’organiser un rassemblement pour leurs disparus devant
la Grande Poste en plein centre ville. Dans les autres villes du pays, à Oran et à Constantine, des rassemblements ont été organisés respectivement devant le tribunal et la wilaya. A Oran, les familles se sont immédiatement vues confisquer leur banderole et leurs panneaux où étaient revendiquées « Vérité et Justice ».

(Lire la suite)

Tébessa: Deux parlementaires empêchent l’exécution d’une décision de l’APC

apn.jpgLes services de l’APC de Tébessa ont été empêchés,  ce dimanche, par un député et un sénateur, d’exécuter l’ordre de démolition d’une habitation anarchique, construite sur un lopin de 1000 m2 appartenant à la commune de Tébessa et destiné à être aménagé en espace vert. 

L’assiette a été squattée par le neveu d’un autre  parlementaire,  apprend El Watan auprès du P/APC de Tébessa, Belgacem Djamel. «La décision de démolition  a soulevé l’ire des membres des deux chambres qui nous ont barrés la route avec leur véhicule de type 4×4 malgré que nous les ayons informés de la démolition auparavant», ajoutera le maire.

Daho Djerbal dénonce les prédateurs qui font commerce du droit et de la dignité des gens

djerbal.jpgIl m’a été donné, avec une très grande surprise mêlée d’indignation, de constater que Messieurs les «démocrates» ont annoncé par e-mail, envoyé par Si Mohammed Baghdadi à une flopée de destinataires, la parution le 27 août 2010 sur leur site «Réseau des démocrates» de la copie intégrale d’un chapitre des Mémoires de S. L. Bentobbal.

La publication d’un tel document sans accord préalable de la famille du défunt et de l’auteur de ces mémoires, sans mention aucune de la source ni des conditions dans lesquelles il a été obtenu, me paraît de la plus grande gravité tant du point de vue du droit que de celui de l’éthique politique et de la déontologie de ceux qui se réclament de la démocratie. Pour rappel, ces mémoires, dont l’existence est de notoriété publique, ont été réalisés sur la base d’un entretien que le défunt Si Lakhdar Bentobbal nous a accordé, le regretté Mahfoud Bennoune et moi-même, cinq années durant, de l’hiver 1980 à l’été 1985.

(Lire la suite)

La raison d’Etat l’emporte: non-lieu pour Hasseni

hasseni.jpegLa cour d’appel de Paris a accordé mardi un non-lieu au diplomate algérien Mohamed Ziane Hasseni, mis en examen puis témoin assisté dans l’enquête sur l’assassinat à Paris en 1987 de l’opposant Ali Mecili, a-t-on appris auprès de son avocat, Me Jean-Louis Pelletier.

La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris était saisie d’une demande de non-lieu du diplomate dans cette affaire qui empoisonne les relations franco-algériennes depuis 2008. « La chambre de l’instruction a accordé un non-lieu à M. Hasseni, il n’est plus concerné par cette affaire », a déclaré à l’AFP Me Pelletier à la sortie du délibéré.

(Lire la suite)

Messieurs les diplomates, ouvrez les yeux!

medelci.jpgEl Erg Echergui pour « Algérie Politique »

Les logiques des uns et des autres

Pour comprendre la logique et le raisonnement de quelqu’un qui appartient au système algérien, qui le représente et le défend avec plus ou moins de diplomatie, il faut… appartenir au système, car il y a une incompatibilité totale avec la logique et le raisonnement de ceux qui n’appartiennent pas à l’Etat ou ne subissent pas son influence. C’est une logique qui a ses principes et ses lois qui s’entrecroise rarement avec celle connue universellement. Même les sentiments et les systèmes des valeurs divergent grandement comme on va le voir avec la solidarité qui s’est exprimée çà et là à l’occasion de l’affaire de Hasseni.

Pas plus loin qu’hier, on a vu que ce qui est un crime et un génocide pour le commun des mortels devient dans la logique d’un commis de l’Etat, une simple erreur de parcours de l’Etat, pour laquelle il est honteux d’en faire des vagues ou de boucan sur la place publique. Un besoin aussi naturel et aussi humain que la recherche de la vérité et la justice par les familles des victimes des «erreurs de l’Etat», devient pour le même commis qui parle au nom de l’Etat dans un langage très diplomatique, un simple point de vue respectable, mais contestable, car chimérique et de ce fait, un point de vue ridicule comme les procès ridicules qu’il engendrerait. Et bien sûr l’Etat n’a pas vraiment le goût pour s’amuser aux parodies des procès ridicules contre ses propres erreurs comme l’a proclamé ce commis.

(Lire la suite)

Un défenseur de Hasseni nous écrit

hasseni.jpegSi L’Mouhtarem,

 

Je voudrais savoir si les commentaires portés sur l’article de Ameur Ouali, le journaliste du quotidien ”Liberté” sont de vous ou bien avez-vous repris cet entrefilet d’ailleurs ? La question est d’importance car s’il s’agit de vos commentaires et surtout des guillemets mis sur certains mots vous devenez partie prenante et ma foi très agissante contre le diplomate.
Je suis moi-même diplomate algérien et je peux vous dire que nous sommes nombreux à avoir vraiment le bourdon et le moral en berne à cause de l’inertie dont fait preuve notre hiérarchie dans l’affaire qui tourmente notre collègue Hasseni.

(Lire la suite)

Une pétition pour demander à la justice algérienne de juger l’assassin de Mecili !

Mohand pour « Algérie Politique »

amelou1.jpgBelle plaidoirie ! mais elle nous rappelle d’autres plus anciennes par son style et son contenu…

J’ai parcouru cette missive dans l’espoir de trouver l’équilibre qui ajouterait de la force pour convaincre ceux qui s’interrogent encore et qui ne cessent de le faire. Je ne trouve pas. D’un côté il y a une famille, celle de Mecili, qui a perdu l’être cher et de l’autre, il y a un diplomate (qui fait l’objet de tous les égards) et qui vit en France, depuis qu’il a décidé de sa propre initiative d’y rester alors qu’il est libre de rentrer en Algérie chez sa Famille…

Il préfère vivre chez son bourreau en quelque sorte et on est en droit de nous poser la question pourquoi préfère-t-il la France à l’Algérie: est-ce pour mieux se défendre ?

(Lire la suite)

LADDH: Familles des disparus, l’acharnement continue

bouchachi.jpgAujourd’hui 30 août 2010, journée internationale pour les victimes de la disparition forcée, les forces de police viennent de réprimer le rassemblement des familles de disparus qui devait se tenir à la place de la grande poste à Alger. En effet, les mères, épouses et proches des disparus, et en présence de quelques défenseurs et de syndicalistes, ont été cerné par les agents de police qui ont procédé à l’interpellation d’une dizaine de personnes, dont des personnes âgées.

(Lire la suite)

12345...21

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER