• Accueil
  • > Monde
  • > Egypte : le peuple en liesse salue la démission de Moubarak

Egypte : le peuple en liesse salue la démission de Moubarak

Au 18ème jour de la contestation, le président Moubarak a cédé. Celui qui refusait hier encore de laisser sa place a annoncé sa démission vendredi en fin d’après-midi. Il a remis le pouvoir à l’armée, déclenchant une explosion de joie dans le pays. Après la Tunisie en janvier, l’Egypte vit à son tour une révolution inattendue.

Commentaires

  1. Anonyme dit :

    je salue le peuple egiptien pour sa tenacité et son courage, que le vent de liberté soit pour tout le monde arabe une grande victoire.

  2. persifleur dit :

    Au suivant…

    Le vieux dictateur a fini par céder.

    Devant la colère de tout un peuple, plus forte que tous les tsunamis de la création, aucun despote sur terre ne peut tenir tête !

    A qui le tour ?!…

    La liste des tyrans du monde arabe est encore longue et il est plus que certain que beaucoup vont être dégagés sans ménagement !

    Vivement les prochaines capitulations !

  3. Au suivant ! dit :

    Moubarak vient de tomber, laagouba à Bouteflika !

    Le peuple algérien sortira bientôt en masse crier sa liesse à travers toute l’Algérie.

    http://nonalelectiondelahonte.centerblog.net

    http://toutsurlelectionpresidentiellede2009.centerblog.net

  4. Anonyme dit :

    Quelle ingratitude !!
    quand je pense au nombre de fois que la kabylie s’est soulevée contre ce pouvoir mafieux en payant un lourd tribu sans que ça gène le moins du monde le monde arabe algérien !!L’ennemi juré de ces mêmes algériens n’est surement pas Boutef et son régime mais bien le peuple de Kabylie
    Arrêtez de rêver

  5. alilou77 dit :

    je salu le courage et la determination du peuple egyptein. l heure des dictateurs a sonnée;le suivant sera certainement le notre,car rien ne pourra resister a la marche triomphale d’ un peuple avide de justice et de liberté.demain sera le debut de quelque chose de grandiose,ni boutef ni toufik encore moin la danseuse du vantre de’ouyahya n’empecheront le vent du changement

  6. yidir dit :

    peut être pas le 12 mais le changement sera inéluctable et dans un proche avenir.

  7. abdelkader wahrani dit :

    le criminel moubarek vient de tomber. inchallah laa3kouba a bouteflika et m6, c´est désormais le début de la disparation du cauchemar qui plombait le monde arabe.

  8. NARMOTARD dit :

    « Égypte: Le peuple en liesse salue la démission de Moubarak », dites-vous.

    Armé de ses chaussures brandies hier, juste après l’allocution du président Moubarak Hosni, le peuple révolté d’Égypte vient de gagner une bataille, dans sa guerre contre la dictature aux néfastes conséquences.

    La transition sanglante aurait pu être évitée, si le président Moubarak avait eu la la sagesse de limiter le nombre et la durée constitutionnels du mandat présidentiel, au lieu de faire le contraire.

    Que les dirigeants algériens méditent utilement cet événement inéluctable en Algérie, afin d’éviter la sanglante manifestation de masse. Pour cela, les décideurs du pouvoir de la RADP, doivent opter dès maintenant pour une « alternative démocratique PACIFIQUE », une Constitution élaborée par une Assemblée nationale constituante, représentative, inclusive, souveraine et indépendante, et une République démocratique et sociale, tant demandées par le FFS depuis 1963.

  9. NARMOTARD dit :

    N.A.R. à El Moutatam,

    Je vous saurais gré de vouloir bien soumettre au débat contradictoire des internautes, le texte ci-dessous, utile, me semble-t-il, à la compréhension de la politique américaine en Afrique et certainement pédagogique par ailleurs, à travers la réaction du président américain Barak Obama à la démission du président égyptien Moubarak Hosni du 11 courant:

    « Il y a très peu de moments de la vie de la vie de nos deux pays dans lesquels nous avons le privilège d’être dans l’histoire en train de se faire. Et bien, ce moment est venu. C’est l’un de ces moments qui est venu.
    Les Égyptiens ont parlé ; leurs voix ont été entendues.
    Égypte ne sera plus jamais la même.
    Or, en se retirant, le président Moubarak a réagi en faveur du changement qu’avait demandé le peuple égyptien. Mais ce n’est pas la fin de la transition qui a eu lieu en Égypte ; c’est le début de cette transition.
    Je suis certain que des jours difficiles nous attendent. Des questions restent sans réponse.
    Mais j’ai confiance que les Égyptiens, eux-mêmes, pourront trouver les réponses, et ce, de façon pacifique, dans l’esprit de construction, dans l’esprit d’unité telle que nous l’avons vécue il y a quelques semaines. Car, les Égyptiens ont exprimé clairement que la démocratie seule leur conviendra.
    L’armée a servi de façon patriotique, de façon responsable, pour la relève. Et l’armée maintenant, devra assurer une transition crédible aux yeux du peuple égyptien. Ce qui signifie protéger les droits des citoyens égyptiens, lever l’état d’urgence, réviser la Constitution et d’autres voies pour que ce changement soit irréversible, et établir un chemin clair qui mènera à des élections qui soient justes et libres.
    Par-dessus tout, cette transition doit rassembler toutes les voix égyptiennes dans l’esprit de la protestation pacifique et de la persévérance. Et j’espère que cet esprit servira de vent qui poussera les voix du changement.
    Les États Unis continueront d’être un ami et un partenaire de Égypte. Nous sommes prêts à fournir toute l’assistance nécessaire pour vous préparer à une transition pacifique de la démocratie. J’ai également confiance que l’esprit d’entreprise, d’ingénuité des jeunes Égyptiens, tels qu’ils en ont fait preuve, depuis quelques jours, pourra créer de nouvelles opportunités, des emplois et des entreprises qui permettront un potentiel extraordinaire à cette génération de s’envoler.
    Je pense que l’Égypte démocratique pourra faire valoir son rôle, non seulement dans la région, mais dans le monde entier. Égypte a joué un rôle de pivot au cours de l’histoire de l’humanité depuis six milles ans. Depuis quelques semaines, la roue de l’histoire a tourné à une vitesse extraordinaire à mesure que les Égyptiens ont exigé leurs droits universels.
    Nous avons vu des mères, des pères qui portent leurs enfants sur leurs épaules pour leur montre ce qu’était vraiment la véritable liberté. Nous avons vu des jeunes Égyptiens dire : « Pour la première fois de ma vie, je compte vraiment ; ma voix est entendue, même si je ne suis qu’une seule personne, c’est ainsi que fonctionne la véritable démocratie ». Nous avons vu des gens qui protestaient, qui chantaient : « salama, salama »,( nous sommes pacifiques, nous aimons la paix). Et encore, et encore nous avons vu une armée ; une armée qui refuse de tirer des balles vers le peuple qu’elle devait protéger. Nous avons vu des médecins, des infirmières s’occuper des gens blessés dans les rues ; des volontaires qui s’assuraient que les protestataires étaient désarmés. Nous avons vu des gens prier ensemble, des gens qui chantaient : « Musulmans et Chrétiens, nous sommes unis , même si nous savons que les clivages entre les religions divisent encore le monde entier ; tout cela est derrière nous. Nous ne seront pas définis par nos différences, nous pouvons être définis par une humanité commune qui est la nôtre, que nous avons en commun ». C’est ce qu’ils disaient. Et par-dessus tout, nous avons vu émerger une nouvelle génération, une génération qui fait appel à sa créativité, à son talent, à la technologie, pour en appeler à un gouvernement qui représente les espoirs et non pas les craintes de la population. Un gouvernement qui soit réactif envers leurs aspirations sans limite.
    Un Égyptien a dit simplement que : « La plupart des gens vont découvrir, depuis quelques jours, qu’ils valent quelque chose. Et cela, on ne peut le leur retirer, on ne peut plus le leur retirer, plus jamais ; ça, c’est le pouvoir de la dignité humaine, on ne pourra plus le nier aux Égyptiens.
    Les Égyptiens nous ont inspirés ; ils ont fait mentir l’idée que la justice est obtenue par la violence. En effet, en Égypte, c’est la force morale de la non-violence qui n’est pas le terrorisme, qui n’est pas les assassinats, mais c’est la non-violence, la force morale qui a fait pencher l’arche de l’histoire vers la justice, une fois de plus.
    Nous avons entendu des sons, des cris, des paroles. C’était des sons des Égyptiens, mais nous y entendons les échos de l’histoire, de l’histoire universelle. Des échos qui venaient de l’histoire allemande qui faisait tomber le mur (de Berlin). Des échos de la voix de Gandhi qui menait son peuple sur le chemin de la justice. Comme l’avait dit Martin Luther King, pour célébrer la naissance du nouvel essor au Ghana tout en essayant d’améliorer sa naissance et le bien. Il y a quelque chose dans l’âme qui recherche, à tout prix, la liberté. Ces cris de liberté, nous les avons entendus en Égypte. Le monde entier en a pris note.
    Aujourd’hui, le jour d’aujourd’hui appartient aux Égyptiens.
    Les Américains sont émus par ce qui se passe en Égypte, au Caire, parce que c’est le monde dans lequel nous voulons voir nos enfants grandir. C’est cela que nous voyons. Ce mot « tahrir », comme la Place Tahrir, signifie libération. C’est un mot qui a un écho dans nos âmes, l’écho de la liberté, et qui nous rappellera, à jamais, du peuple égyptien, de ce qu’ils ont fait, leurs valeurs qu’ils ont défendues, la façon dont ils ont changé leur pays, et ce faisant, changer le monde.
    Je vous remercie ».

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER