Appel pour la levée de l’interdiction de SILA infligée à la littérature égyptienne

sila.jpgLe Commissaire du Salon International du Livre d’Alger (SILA) a délibérément décidé d’interdire d’exposition les livres égyptiens lors de la prochaine édition de cet évènement. Il a invoqué, en guise de justification, la campagne haineuse menée contre l’Algérie par certains médias égyptiens ainsi que le mauvais traitement subi par des citoyens algériens lors de la rencontre, au Caire, entre l’Équipe nationale de football et son homologue égyptienne.

La ministre de tutelle s’est publiquement déchargée de la chose  sur ce responsable qui affirme, fièrement, la souveraineté de sa décision. Il  dit défendre la dignité du pays et de son Histoire. Comme si cette dignité pouvait être mise en parallèle avec une exposition de livres. Comme si nos valeureux martyrs pouvaient être satisfaits d’une telle dérive, qui se traduit par un mépris arrogant  vis-à-vis de la culture de nos peuples. Comme si on pouvait unilatéralement punir la littérature égyptienne et le lectorat algérien alors qu’on continue à jouer au football, source initiale de tout ce scandale, avec des équipes égyptiennes.

À notre avis, il s’agit bien d’un chauvinisme délirant qui révèle, en fait, le peu d’égard que le livre en particulier et la culture en général ont toujours eu dans notre pays et une propension de certains de nos responsables à dénoncer au lieu d’éduquer.

 Pour cela, nous, signataires du présent appel, nous nous démarquons de cette honteuse décision et appelons tous ceux qui sont soucieux de ne pas laisser passer un acte aussi irréfléchi:

  • à dénoncer le chauvinisme dont font preuve certains responsables du secteur de la culture, tant ce sentiment exprime des dérives politiques en complète contradiction avec les intérêts supérieurs de notre peuple dont le seul ennemi doit être le sous-développement sous toutes ses formes;

  • à demander aux autorités concernées par ce scandale à y mettre un terme en levant l’interdiction faite aux livres égyptiens afin de leur permettre d’être découverts, lus et appréciés par les lecteurs algériens.

Commentaires

  1. aqchiche dit :

    nous sommes pour le maintien .vive ouyahia

  2. Messabih dit :

    L’Egypte c’est la culture des pleurs et du morbide .Quand leur Moubarak procrée
    pour regner sur un pays de tombeaux,on envoie leurs progenitures en Irlande,ou en Lybie chez Bob morane,le specialiste de la nullité !

  3. Taous dit :

    Désolée, mais je ne me sens nullement concernée par cet appel puisque je revendique la rupture de quelque relation que ce soit avec ce pays qui m’est totalement étranger.

  4. Vivadz dit :

    Depuis qu’on les connais on ne fait que reculer… Et de quelle littérature on parle ? Quelle « culture » attendons nous de l’Égypte… a part peut être la première syllabe

  5. Selma dit :

    Quatre mille ans d’histoire et une littérature connue mondialement que quelques zigotos nationaux veulent rayer d’un trait de plume pour satisfaire un nationalisme rampant et chauvin. Lors de la dernière visite de Moubarek à Alger personne de ces messieurs n’a osé lever le plus petit doigt pour dénoncer cette forfaiture présidentielle.
    Au fait que vaut le SILA sur le plan international?

  6. Larbi Amazigh dit :

    Il y a des commentateurs professionnels dont le seul but est de détourner l’attention en flattant les plus bas instincts. Les peuples algérien et égyptien (comme tous les autres peuples de la région) sont écrasés par les mêmes dictatures. Qu’on aime ou pas la littérature ou la musique des uns ou des autres ne doit jamais occulter cette vérité fondamentale.

  7. B. Amar dit :

    Dans des situations pareilles, on doit trancher les malentendus avec noblesse. Qui des intellectuels Algériens ou Egyptiens a commencé l’embargo sur la culture ? Si on revient au moment des faits graves qui se sont passés en Egypte, on s’aperçoit de suite que c’est les Egyptiens qui se sont empressés de décider un embargo sans précédent pour pénaliser l’Algérie. Passant outre les usages diplomatiques, les Egyptiens ont suspendu unilatéralement l’envoi des productions cinématographiques vers l’Algérie. Les Egyptiens, tellement qu’ils avaient fait beaucoup de mal à l’Algérie, se sont retrouver subitement tout nus. Est-ce une malédiction divine ?
    Sans chauvinisme aucun, il est du devoir de chaque algérien de boycotter tout produit Egyptien – y compris culturel – pour amener tous ceux qui ont causé du tort à l’Algérie à présenter des excuses officielles. L’Egypte à bafouer sciemment et avec orgueil la mémoire de tout un peuple.
    Algérie – Egypte = Tout est fini, chacun pour soit et Dieu pour tous.

  8. Messaouda dit :

    Je crois qu’il n y a que SELMA qui a compris quelque chose dans cette histoire. La littérature n’a pas de frontières, quand un livre est bon, on se bouscule pour l’exposer dans une foire du livre. Quel poids a cette foire algérienne du livre? Son écho ne dépasse meme pas le seuil du lieu ou elle se tient. Donc les bons écrivains , egyptiens ou pas, n’ont rien à cirer de la foire de Khalida, la femme couchée.

  9. hedil0 dit :

    Durant la compagne haineuse contre notre Pays on a peu sinon pas du tout entendu l’intéligentsia egyptienne dénoncer les vociférations. Cela avait duré des jours. Ils se sont pris à tout ce qu’on a de sacré: le drapeau, les chuhada, nos origines etc. Au fait combien de nobels ont-ils, un seul… deux avec celui de Sadate! C’est vrai que la censure est haissable par principe, mais de tout temps les egyptiens n’ont recherché que leurs interets. Personnellement je trouve que c’est une bonne décision, pour une fois!

  10. révoltédu2 mars 1937 dit :

    dévisé pour mieux réginier;

    tout les magiciens du monde utilise le détournemant d’attentions,

    ce n’est pas le cas ici !!!

    parce que se ne sont pas des magiciens qui font leur numéro mes des clowns

    de vieux clowns formé par une vielle école militére russe

  11. ano uno dit :

    Ces 2 pays sont condamnés dans le desordre er l’anarchie tant qu’ils ont des dictateurs malades au sommet.

  12. bagalala dit :

    Où étaient les intellectuels égyptiens quand l’Egypte nous insultait?

  13. Bouflis dit :

    Comme dit si bien le dicton populaire français  » chasser le naturel, il revient au galop  ». Il était tout à fait prévisible que les Egyptiens reviennent, un jour, à leurs sentiments de  » grand frère  » chargé de paternalisme voire de haine, après les tentatives de main mise sur les décideurs algériens lors de la guerre de libération nationale. Rappelons nous  » L’Algérie est très vaste, elle nous suffit à nous et à vous  » selon Djamal Abdenacer. Nos foyers ont été endoctrinés par les milliers de films Egyptiens pendant des décennies après l’indépendance. Comme disait le grand chanteur Ait Menguellet  » Dites à l’Egypte, les cartons de Kif que vous nous avez envoyés, nous les avons bien reçus ! » en faisant allusion aux milliers de films Egyptiens projetés sur l’écran de la télévision Algérienne pour les familles Algériennes. Est venue ensuite la création du Festival International du Film d’Oran par notre génie HHCH(Hachakoum)remettant des prix en or (très coûteux) aux comédiens et comédiennes Egyptiens qui ont empoché les inestimables cadeaux pour, nous insulter quelques mois plus tard, en décidant un boy cott de l’Algérie. Il est opportun de rappeler cette scène, à Algér, où une spectatrice Algérienne, n’arrivant pas à contrôler ses émotions, a jeté ses bijoux sur son chanteur préféré (Egyptien). Une autre Algérienne, a jeté ses sous vêtements (soutien gorge) sur un autre chanteur Egyptien. HHC donne des prix inestimables (en or) à des artistes Egyptiens pendant que nos frères artistes Algériens qui ont beaucoup donné au pays, vivent dans la misère. Nos soeurs jettent de l’or et leurs intimes vêtements sur les chanteurs Egyptiens alors que lever un portrait d’un chanteur Algérien est prèsque un tabou. En fait avez vous vu une spectatrice Algérienne brandir un portrait d’un chanteur Algérien ? Ne parlons que de celà. Oublions l’appui de l’Algérie qui a signé des chèques à blanc à l’Egypte et envoyé ses meilleurs enfants y mourir lors des guerres contre Israel.
    Mon père (Allah yar hamou) me disait toujours :
    - Un enfant a dit à son père : Papa ils nous frappés
    - Le père lui répondit : Mon fils, ils nous connaissent !
    Et un arbre s’est plaint à la hâche :
    - Tu me fais très mal !
    La hâche lui répond :
    - Ma manche est de ton bois

    Laisse pisser et la vie continue !

  14. kamel dit :

    Pourquoi ils n’ont pas pris l’initiative de soutenir Mohamed gharbi,mellouk et autres cadres qui croupissent injustement dans les prisons algeriennes

  15. SLAM dit :

    Nonobstant tout le respect que je porte à la culture en général, je dois dire que boycotter la littérature égyptienne voire même sa production cinématographique est tout à fait légitime au regard de ce qu’on fait comme mal ces derniers à notre pays dans tous les secteurs confondus!
    L’Egypte se targue être oum dounia sans toutefois savoir garder toute modestie.Elle s’en est pris à l’Algérie alors qu’il faut dire que sa balance commerciale avec notre pays est beaucoup plus bénéfique pour elle!
    Il faut également noter que l’Egypte a toujours estimé que l’Algérie lui est acquise politiquement,économiquement voire meme territorialement car il faut juste se rappeler de la sortie de GAMAL ABDENASSER lors de sa venue à Alger au lendemain de notre indépendance lorsqu’il déclarait en substance:aldjazair takfina wa takfikoum!Que voulait dire cette incartade sournoise et insidieuse devant un parterre d’algériens plutôt naïfs à ce tournant de leur histoire ? A vous de juger…..

  16. el djazairi dit :

    qu ils nous foutent la paix ces egyptiens qui nous ont apporte tous les malheurs a notre pays l’arabisme et l’islamisme.basta!!!!

  17. Messabih dit :

    Il faut demander à Kadhafi le caid s’ils ont les lybiens ,leurs etats civils au caire,en Egypte :BEN..BEN …

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER